Les bourses TD Michaëlle Jean

Prime Minister Justin Trudeau addresses his his caucus at Parliament Hill in Ottawa November 5, 2015.       (Chris Roussakis/ Xinhua News Agency)

Les Bourses TD Michaëlle Jean, dont le montant maximal est de 10 000 $ chacune, sont attribuées à des jeunes de 18 à 30 ans qui ont fait preuve d’excellence dans leur utilisation des arts pour résoudre des problèmes dans des collectivités défavorisées du Canada.

Pendant un an, les boursiers travaillent individuellement avec un mentor qui leur apporte un soutien personnalisé pour les aider à améliorer leurs compétences et leur capacité d’utiliser divers moyens d’expression artistique comme outils pour s’attaquer à des problèmes économiques, sociaux et culturels dans leur collectivité.

Au cours des trois dernières années, les lauréats des bourses ont mis sur pied des initiatives destinées à améliorer les résultats scolaires en mathématiques de jeunes à risque, à renforcer l’estime de soi et à combattre le suicide chez les Inuits dans l’Arctique, à autonomiser de jeunes Autochtones de la Colombie-Britannique pour leur offrir une alternative convaincante aux bandes criminelles, et à donner la parole à des femmes racisées aux prises avec la justice pénale. Plus de 14 000 personnes ont été directement touchées par le programme de bourses.

Veuillez noter que des informations supplémentaires concernant la TD Michaëlle Jean seront fournies en mars 2017.

Pour être admissible, tout candidat aux bourses doit :

  • être âgé de 18 à 30 ans;
  • être citoyen canadien ou résident permanent au Canada;
  • démontrer une expérience de l’incidence des arts dans une collectivité ou un quartier défavorisé (les « arts » étant largement définis comme incluant toute forme d’expression créative);
  • offrir un projet qui porte sur au moins l’une des thématiques suivantes:

o l’intégration des réfugiés
o combattre l’extrémisme
o lutter pour la justice (ex : une initiative pour les droits autochtones, pour combattre la haine contre les personnes LGBTs et bi-spirituelles, la lutte contre la violence conjugale)
o lutte contre la faim (ex : augmenter les dons aux banques alimentaires, les initiatives d’agriculture urbaine)
o appuyer les communautés noires
o lutter contre l’itinérance (ex : traiter les causes comme les problèmes de santé mentale et la toxicomanie, l’abus dans les familles, le manque de logements abordables)

  • proposer un nouveau projet ou le prolongement d’un projet existant qui témoigne de l’utilisation des arts comme outil de transformation sociale dans sa collectivité défavorisée;
  • être recommandé et de préférence soutenu par une association communautaire.

Pour voir les lauréats 2016 et leur projet.

Pour voir les lauréats 2015 et leur projet.

Pour voir les lauréats 2014 et leur projet.

Pour voir les lauréats 2013 et leur projet.

Leave a Reply