Lauréats 2015 des bourses TD Michaëlle Jean

Rebecca Roher

Rebecca Roher est une caricaturiste, illustratrice et éducatrice de Toronto, en Ontario. Elle a étudié à l’Université King’s College et reçu, en 2010, un baccalauréat en arts visuels duRebecca Rroherpic collège d’art et de design de la Nouvelle-Écosse. En mai 2015, elle a obtenu une maîtrise en arts visuels du Center for Cartoon Studies, à White River Junction, au Vermont. Ses bandes dessinées et illustrations ont été publiées dans des magasines et en ligne par Nib, GUTS Magazine, Bitch Media, Mashable.com, Symbolia Magazine, Maple Key Comics et Seven Days Alt-Weekly. Elle a récemment illustré un roman pour enfant publié par la maison d’édition Macmillan’s Roaring, à New York. En 2014, elle a reçu le prix de la meilleure bande dessinée en anglais au gala Expozine pour « Bird in a Cage », œuvre intimiste qui aborde le parcours de sa grand-mère atteinte de démence. « Mom Body », sa plus récente bande dessinée, s’intéresse aux impacts de la maternité sur le corps féminin et a été publié en ligne par le New York Times Now, Huffngton Post, BuzzFeed, le Daily Mail et la page Yahoo sur la parentalité. Elle travaille présentement avec un obstétricien et gynécologue de UCLA pour créer des illustrations à propos de la santé reproductive. Rebecca est une instructrice d’art expérimentée et une leader dans sa communauté. Elle a d’ailleurs reçu des bourses provinciales à plusieurs occasions pour réaliser des projets communautaires artistiques. Vous pouvez voir le travail de Rebecca sur son site internet : www.rebeccaroher.com.

Rihkee Strapp

Rihkee Strapp est un-e Métis-se du clan Wolverine, née à Red Lake, en Ontario. Ayant lui/elle-même été confrontée aux défis d’être un-e jeune artiste queer en région éloignée, Rihkee souhaite améliorer le statut socio-économique des artistes sous-représentés du district d’Algoma et du nord de l’Ontario. Réalisant qu’il/elle n’est pas aisé d’être Rihkee Strappfinancièrement indépendant en tant qu’artiste, Rihkee s’est tourné vers l’administration des arts et des organismes communautaires. Rihkee a travaillé au niveau local auprès du conseil des arts de Sault Ste Marie et du district d’Algoma et au niveau national auprès du Réseau des Arts pour La Jeunesse, basé à Toronto. En 2010, Rihkee a cofondé le studio Medicine Factory avec un groupe de jeunes artistes, donnant ainsi une seconde vie à un édifice industriel vide. L’édifice a depuis été nommé le Bush Plane Museum Artist Studios et est un centre artistique florissant au cœur de Sault Ste. Marie. Inspiré-e par un collectif artistique nommé Triple K Cooperative, Rihkee a fondé le Red Lake Youth Arts Collective qui réunit principalement des jeunes du secondaire et des adultes alliés. Rihkee a récemment terminé son stage au studio Y du MaRS Discovery District où il/elle a parfait ses connaissances sur l’entreprenariat social, la gestion de projet, l’intelligence émotionnelle, les nouvelles technologies, les méthodes graphiques et la pensée systémique.

La bourse de la Fondation Michaëlle Jean permettra à Rihkee de mettre à profit ces expériences pour appuyer les artistes sous-représentés et les organisateurs communautaires de Sault Ste. Marie et d’Algoma en collaboration avec des acteurs communautaires de la région. Les ateliers qu’il/elle organisera aborderont des questions relatives au développement de plans d’affaire, à la mise sur pied de projets, à l’art équitable et aux réponses appropriées à l’oppression.

Pascale Arpin

Pascale Arpin est une coordinatrice de programmes artistiques pour les jeunes indépendante et une artiste-pigiste de 27 ans. Originaire d’Ottawa, elle a déménagé dans l’ArctiquePascale Arpin en février 2011 après l’obtention d’un baccalauréat en sciences humaines et sociologie de l’Université Carleton. Elle est présentement basée à Iqaluit, au Nunavut. Les arts étant sa passion, Pascale consacre son temps et son énergie à développer des programmes qui font la promotion à la fois de modes d’expression artistique traditionnels et de méthodes contemporaines. À travers ces programmes, elle vise en outre à encourager la pratique des arts chez les jeunes. En 2012, Pascale a fondé le projet Makuktu Art ayant pour mission d’offrir aux jeunes du Nunavut l’opportunité de développer leur créativité et leur propre voix artistique. Depuis ce temps, Pascale a été activement impliquée dans le développement de plusieurs initiatives artistiques à Iqaluit et à travers le Nunavut. Pascale croit sincèrement que les arts sont l’un des outils les plus importants pour favoriser le pouvoir d’agir des jeunes et ultimement bâtir des communautés. C’est pourquoi elle désire assurer la pérennité des programmes pour les jeunes qu’elle a développés et encourager le développement de projets similaires à travers le Nunavut.

 

Leave a Reply