2014

Rencontrez les premiers récipiendaires de fonds du programme Jeunes entrepreneurs culturels. Pour de plus amples informations, visitez cette page.

Ahmed Ali MohamudAhmed Ali Mohamud

Ahmed ‘Knowmadic’ Ali, poète primé, est un Canadien d’origine somalienne. Il est tout à la fois poète, écrivain, acteur, humoriste, conférencier et travailleur auprès des jeunes. En 2011, Ahmed est devenu le premier champion de création parlée (spoken word) somalien au Festival canadien de Spoken Word. En 2012 il a reçu le prix RISE de l’engagement communautaire dans les arts et la culture et, en 2013, il a été nommé artiste en résidence au Langston Hughes Performing Arts Institute de Seattle (État de Washington). L’Edmonton Journal a écrit à son propos qu’Ahmed est « quelqu’un qui fait la différence » par sa contribution à la poésie dans cette ville. En 2014, l’Alberta Council for Global Cooperation l’a classé parmi les 30 personnalités de moins de 30 ans de la province. Il fait, de plus, partie des fondateurs et organisateurs du collectif Breath in Poetry.

Breath in Poetry est un collectif d’artistes et de dirigeants communautaires déterminés à combler les fossés entre les communautés par des ateliers de poésie écrite et parlée, des événements et des collaborations. Son objectif : permettre à des poètes et des musiciens en herbe ou établis de s’exprimer, en particulier ceux qui appartiennent à des minorités visibles, en mettant à leur portée des réseaux professionnels et des possibilités financières. Le collectif Breath in Poetry organise tous les mardis des soirées de poésie qui offrent une scène à la fois accueillante et compétitive. De plus, le collectif participe à la promotion et à la création d’initiatives en matière de poésie en rapport avec les jeunes, comme des ateliers en classe, des soirées ouvertes aux amateurs et des tournois de poésie slam et un tournoi de poésie slam à l’échelle du conseil scolaire du district. Le collectif Breath in Poetry vise aussi à diffuser les connaissances et à distribuer les outils nécessaires pour aider les artistes à vivre de leur art et à se familiariser avec des notions financières.

Aimee BaldwinAimee Baldwin

Aimee Baldwin est originaire d’une petite ville du Nord de l’Ontario du nom de Kenora. À l’école secondaire, elle s’est découvert un talent pour le travail avec les matières tactiles, comme le tissu et l’argile. En 2009, elle a obtenu au Seneca College de Toronto, où elle suivait le programme des arts de la mode, un diplôme avec mention très bien. Sa formation lui a permis d’acquérir des compétences très utiles en conceptualisation et en création. Depuis, Aimee cherche activement à perfectionner son autre passion créatrice dans la céramique. Quand elle vivait à Toronto, elle a suivi plusieurs cours de poterie avec la très talentueuse céramiste, sculptrice et enseignante Szusza Monostory. De retour à Kenora, Aimee a décidé d’utiliser ses compétences pour offrir une série de cours de poterie pour débutant. Les cours ont pris leur essor et elle en est actuellement à sa deuxième année d’enseignement.

Aimee est très active dans le milieu artistique de Kenora. Elle siège depuis peu au conseil de la LOWAC (Lake of the Woods Arts Community), et elle est en train d’organiser la visite annuelle de l’atelier. Son investissement dans la LOWAC lui a fait comprendre combien les arts sont importants pour créer un sentiment d’identité culturelle au sein d’une communauté.

En plus d’enseigner la poterie et de participer à des événements artistiques communautaires, Aimee s’efforce de développer sa propre identité artistique. En 2012, elle a lancé sa boutique Etsy en ligne, appelée Ether and Earth. Son style est réaliste et simple avec un brin de fantaisie :  « Je suis fascinée par la beauté authentique des cultures primitives, les histoires d’antan symboliques, et la magie de notre Terre et du cosmos. Toutes les idées qui me viennent de l’espace céleste sont inspirées par ma vie sur cette Terre. » – Aimee

Aimee compte ouvrir un atelier de poterie à plein temps afin de pouvoir continuer de donner des cours et de vendre ses créations. L’automne prochain, elle ira suivre un cours de céramique de quatre mois à l’Haliburton School of the Arts, afin de pouvoir élargir la palette des habiletés qu’elle transmet dans ses propres cours. Aimee est reconnaissante du soutien dont elle a bénéficié au fil du temps et elle est très heureuse de se consacrer à sa carrière artistique.

Maya Annik BedwardMaya Annik Bedward

Maya Annik Bedward est à la fois cinéaste et artiste communautaire. Née de père jamaïcain et de mère canadienne française, elle a grandi à Ottawa (Ontario). Elle a travaillé deux ans avec pour mentors des cinéastes de renom, Clement Virgo (RUDE, The Wire) et Damon D’Oliveira (RUDE, Lie with Me). Elle a également enseigné l’animation et la narration numérique à l’Office national du film du Canada. Maya est titulaire d’une M.A. en communication internationale et d’un B.A spécialisé en sciences politiques et études cinématographiques.

Après avoir vécu et voyagé en Amérique du Sud, en Asie et en Europe, Maya est rentrée au Canada, où elle a commencé à travailler comme réalisatrice et productrice de plusieurs projets médiatiques communautaires. La sortie de son court métrage, The Foreigner, qui dépeint la scène underground du Forró à Toronto, est prévue pour ce printemps. Maya et Third Culture, son entreprise société de production médias multiplateformes qui utilise un contenu narratif pour remettre en question des idées reçues sur le genre, les races et l’identité culturelle sont ravis de pouvoir bénéficier du soutien qu’offre le programme Jeunes entrepreneurs culturels de la Fondation.

Alexandrine DuclosAlexandrine Duclos

Je m’appelle Alexandrine Duclos, alias Bob. Native des Îles-de-la-Madeleine et établie à Québec depuis près de 5 ans, j’ai un bagage culturel énorme et des expériences de vie différentes que je souhaite transmettre par le biais de la photographie. Passionnée des animaux, des arts en général et par les comportements humains (pensées, idées, agissements, etc.), je crois que la photo pourra m’aider à rendre les gens heureux et partager avec eux la chance que j’ai eu d’avoir un « coup de main » lorsque j’ai rencontré des difficultés dans ma vie. Je suis quelqu’un d’extrêmement sociable et j’ai la capacité de mettre les personnes à l’aise. Je fréquente un organisme communautaire, la Maison Dauphine, depuis quelques années. J’y vais à l’école pour terminer mon secondaire et je fais partie du conseil étudiant. De plus, j’ai développé et participé à plusieurs projets incluant la photographie. Par exemple, j’ai été la photographe officielle du bal des finissants de l’École de la Rue. J’ai également produit un calendrier 2013-2014 pour participer au projet de prévention du passage aux drogues par injection. C’est cet organisme, et quelques autres, qui m’ont aidé à développer mon projet de jeune entrepreneur culturel.

Pour ce qui est de mon projet, je souhaite avoir mon propre studio de photographie et un équipement adéquat. Je désire aussi pouvoir me déplacer avec mon matériel. En ayant ceci, je pourrais réaliser de manière plus indépendante divers projets personnels, avoir des contrats avec des particuliers pour faire du portrait et m’affilier avec des Maison des Jeunes afin d’être la photographe de leurs événements. Tout cela m’aiderait grandement à développer mes compétences en photographie, me donnerait un porte-folio beaucoup plus solide et me permettrait de vivre ma passion plus activement.

Cameron DutchakCameron Dutchak

Cameron Dutchak, qui vit à Sault Ste. Marie (Ontario), est actif dans les arts depuis une dizaine d’années. Il apporte son expérience personnelle dans la réalisation de graffiti à grande échelle et de créations sur commande sur divers supports. Ses activités se développant, il vise à éveiller davantage le public aux entreprises sociales et à l’art communautaire, tout en faisant participer les jeunes à de nouvelles formes d’expression urbaine.

Le projet de Cameron repose sur la reconceptualisation de l’idée de ce que les graffiti et l’art de la rue peuvent vouloir dire au sein d’une communauté. Afin d’encadrer des jeunes à risque et marginalisés, l’entreprise de Camerons (CTD Designs) offrira des ateliers ouverts sur diverses formes d’« art de la rue » et elle mettra sur pied un programme artistique encadré par des jeunes qui mènera à la réalisation d’une murale publique. Les participants pourront parler avec des artistes professionnels, des partenaires communautaires et des chefs d’entreprise afin d’acquérir de l’expérience dans le montage de projets et le développement de possibilités, ce que les arts peuvent fournir au sein de la ville.

Devon FiddlerDevon Fidler

Devon est une entrepreneure sociale et une artisane du changement membre de la Première Nation de Waterhen Lake (Saskatchewan). En tant que Crie, elle sait quelles luttes doivent mener les femmes autochtones puisqu’elle les a elle-même vécues.

Devon lance SheNative, marque de sacs à main et d’accessoires qui vise à autonomiser des femmes autochtones au Canada grâce à la conception, à la production et à la fabrication de produits de la ligne SheNative, mais l’entreprise n’en reste pas là. Devon a pour vision de bâtir une communauté qui met à l’honneur les femmes autochtones défavorisées et verse une partie des recettes, c’est-à-dire qui fournit un revenu à la fois primaire et secondaire à des artisans autochtones dans le processus de création. Devon forme des partenariats avec des organisations qui ont une mission similaire.

Devon est titulaire d’un B.A. en administration publique autochtone obtenu à l’Université de la Saskatchewan et d’un certificat en développement économique des collectivités autochtones délivré par le Conseil pour l’avancement des agents de développement autochtones (CAADA). Elle a, de plus, suivi un programme du COADY International Institute de l’Université St. Francis Xavier d’Antigonish (Nouvelle-Écosse).

Elle a l’habitude de travailler avec des entrepreneurs et des propriétaires de PME autochtones. Récemment, elle a suivi le EMPOWER Business Program dispensé par Idea’s Inc. En octobre dernier, elle a participé au premier Global Start up Youth (GSY) – Global Entrepreneur Summit (GES) à Kuala Lumpur (Malaisie). Devon est également inscrite à la Praxis School of Entrepreneurship à Saskatoon, et elle fait partie des 21 entrepreneurs choisis à l’échelle mondiale pour participer à un nouveau programme international appelé Start-up Generation Global Fellowship.

Bishara MohamedBishara Mohamud

Bishara Mohamed, qui est née à Mogadiscio (Somalie), est arrivée au Canada au début des années 1990. Elle a grandi à Etobicoke au sein d’une famille extraordinaire et d’un grand soutien, entourée de sept frères et sœurs et de parents qui travaillaient dur.

Cette artiste interdisciplinaire travaille avec de nombreux matériaux et processus en accord avec ses idées. Elle est à la fois artiste visuelle, cinéaste et artiste de scène.

Tout au long de sa carrière, elle a travaillé comme artiste et éducatrice en arts auprès de nombreux organismes à but non lucratif et autres collectifs. Elle est elle-même membre de Womynation et du collectif I Get Out.

Elle travaille en pensant particulièrement aux femmes noires, aux femmes racialisées, aux jeunes et aux musulmanes, en utilisant une autre interprétation de l’histoire et de la géographie, des races, du patriarcat et de la violence sexiste et homophobe.

Le fil conducteur de tous ces projets est qu’ils créent et gardent des espaces pour raconter des histoires, partager des compétences, déballer et examiner de manière critique de nombreux éléments qui sont, en fait, des réalités vécues. Parfois, cela amène à créer et garder des espaces pour célébrer et affirmer ces multiples identités et en témoigner, afin de contrer les absences de ces sphères.

Dans son travail d’artiste comme d’animatrice, elle est déterminée à proposer des espaces pour que s’opèrent des récits, qu’ils parlent des structures dans lesquelles nous vivons ou d’histoires que nous choisissons ou que nous nous racontons. Elle a pour vision la continuité de ces valeurs et elle entend encourager les récits visuels à travers son entreprise, Bayla Press.

Bayla Press est attentive aux idées et aux besoins des personnes et des groupes, créant ainsi des produits uniques qui sont autant d’œuvres d’art fonctionnelles et personnalisées. Elle offre des œuvres d’art faites à la main, sur mesure, sur tissu, sur des vêtements et sur papier.

Babby Rodriguez PalomoBabby Rodriguez

Un vrai leader et visionnaire, Babby Rodriguez Palomo est le président-cofondateur chez Comunica Média. Il est un jeune canadien de 26 ans d’origine guatémaltèque qui a fait des études en administration au collège de Maisonneuve à Montréal. Les valeurs et la persévérance qui ont été inculquées par ses parents et grands-parents lui ont servi pour devenir un jeune entrepreneur déterminé et un leader montant, non seulement pour son équipe de travail, mais aussi une fierté à l’intérieur de sa communauté. À cet effet, Babby Rodriguez Palomo s’est vu décerner le prix d’étoile montante de la relève d’affaire de sa communauté cette année et actuellement est un des finalistes pour le prix de la personnalité d’affaires de l’année, organisé par le regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec.

Comunica Média est une maison d’éditions en ligne et en espagnol, qui propose des magazines spécialisés dans différents domaines. Elle a été fondée par trois jeunes entrepreneurs en novembre 2012 et a vu sa première édition publiée en février 2013. Actuellement, Comunica Média compte avec une équipe d’une trentaine de professionnels dans divers domaines, qui utilisent leur expertise et leur connaissance afin de concevoir des magazines avec de hauts standards éditoriaux et visuels. Comunica Média a reçu le prix de la meilleure nouvelle entreprise de l’année 2013 accordée par la chambre de commerce latino-américaine du Québec (CCLAQ) en novembre de l’année dernière. La mission de l’entreprise est de présenter le vrai visage des Canadiens d’origine hispanophone. Présenter et promouvoir la culture hispanophone au pays, en renforçant le sentiment d’appartenance dans la communauté, pour une meilleure intégration au Canada.

CIBC_CR_2C_RGB  BMO Rondelle Logo jpegFuturPreneur Canada

Leave a Reply